CENTRE D’EXCELLENCE DE L’ARUA SUR LES SOCIÉTÉS POST-CONFLIT

À L’INSTITUT D’ÉTUDES SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ

La signification des communautés sortant d’un conflit en Afrique est source de controverse et de nombreuses contestations, surtout dans le contexte actuel où les situations postérieures aux conflits et la dynamique des conflits en Afrique comportent invariablement des possibilités d’escalade et d’apaisement.

De plus, les structures interstitielles des sociétés post-conflit ne se limitent pas aux coûts humains et aux souffrances engendrés par les seuls conflits intra-étatiques, mais englobent également les pays voisins, les régions et le monde entier. De nombreux facteurs entrent en jeu lors des contestations et des disputes dans les sociétés post-conflit. Citons notamment l’héritage post-colonial, les conflits intra-étatiques qui ont éclaté après la guerre froide, les guerres révolutionnaires qui ont donné lieu à des régimes précaires, des accords de paix fragiles, signés de mauvaise foi, et mal appliqués, aux violences post-électorales, au changement climatique, au terrorisme et aux crimes organisés aux niveaux national et transnational, pour n’en citer que quelques-uns.

Recrudescence de la violence et des crimes en Afrique

Apparition et propagation de la guerre civile et des conflits dans un contexte d’après-guerre froide en Afrique

Généralisation des situations de crise, période de paix instable en Afrique

Compte tenu de ces facteurs, il existe un réel besoin d’un encadrement global et porteur de changements à la suite d’un conflit, ainsi que de structures sociales, de systèmes, de politiques et de développement à différents niveaux.

L’IPSS comprend les sociétés sortant d’un conflit en adoptant un point de vue global de faire évoluer la situation, où les processus de changement social se déroulent dans la durée et en fonction de chaque cas. Travailler pour les sociétés sortant d’un conflit nécessite de nombreux processus interdépendants tels que l’approfondissement du processus de paix grâce à des réformes politiques et des réconciliations, l’éducation à la paix, les opérations de soutien à la paix, les actions humanitaires et le développement économique qui crée des opportunités d’emploi. Ces processus aboutissent à une transformation durable de l’économie politique de la violence dans un pays.

À PROPOS DE L’IPSS ET DU CENTRE D’EXCELLENCE DANS LES SOCIÉTÉS SORTANT D’UN CONFLIT

L’Institut d’études sur la paix et la sécurité (IPSS) de l’Université d’Addis-Abeba (AUA) a été fondé en 2007 et a pour ambition de devenir un institut africain de premier plan pour la production et la diffusion de connaissances dans le domaine de la paix et de la sécurité. L’institut a excellé dans ce domaine, en se classant parmi les 50 premiers groupes de réflexion en Afrique subsaharienne en 2014, 2015, 2016 et 2017, selon les rapports de l’indice Global Go To Think Tank de l’Université de Pennsylvanie.

IPSS a été choisi par le secrétariat de l’ARUA pour accueillir le Centre d’excellence (CE) en 2017. L’IPSS abrite ce centre dans les locaux de l’UAA, avec pour objectif principal de faciliter et de promouvoir l’éducation et la formation, ainsi que la production et la diffusion de connaissances issues de la recherche africaine en matière de prévention et de gestion des conflits. La reconstruction et le développement après un conflit sont également facilités par la mise à disposition d’une plateforme pour les étudiants et les formateurs aux niveaux national, régional, continental et mondial.

OBJECTIFS DU CE

Dispenser un enseignement et une formation professionnelle

Effectuer des recherches sur les questions pertinentes touchant les sociétés sortant d’un conflit en Afrique.

Publication et diffusion des résultats des recherches sur la reconstruction et le développement de ces sociétés.

Favoriser le partage d’expériences entre universitaires, professionnels, praticiens et décideurs africains sur les questions relatives aux sociétés sortant d’un conflit.

Servir de groupe de réflexion pour les institutions panafricaines (telles que la Commission de l’Union africaine et les communautés/mécanismes économiques régionaux) et les États membres dans les communautés qui sortent d’un conflit.

RÉSULTATS DE LA RECHERCHE

Les objectifs du CE reposeront sur l’atteinte des résultats suivants :

  • Publication d’une revue scientifique avec comité de lecture traitant des sociétés en situation de post-conflit.
  • Organisation annuelle de conférences à l’échelle continentale sur les thèmes relatifs aux sociétés sortant d’un conflit.
  • Production annuelle d’un rapport sur l’état de la paix et de la sécurité en Afrique
  • Production de manuels sur la reconstruction après un conflit
  • Mise en place d’une base de données/centre de partage des connaissances (ressources en ligne, livre électronique)
  • Accueil de doctorants et de chercheurs post-docs de l’ARUA chaque année

COLLABORATION AVEC D’AUTRES INSTITUTIONS

Alors que l’IPSS abrite le Centre d’excellence sur les sociétés sortant d’un conflit, le Centre s’associe à l’Université de Makerere (Ouganda), à l’Université d’Ibadan (Nigeria), à l’Université de Nairobi (Kenya) et au département des sciences politiques et des relations internationales de l’Université d’Addis-Abeba (Éthiopie). Le centre bénéficie en outre d’un éventail de partenaires de l’IPSS qui lui apporteront un soutien technique et financier pour la réalisation de ses objectifs. Parmi ces partenaires, citons le Centre européen de gestion des politiques de développement, le Centre Woodrow Wilson, l’Université de la paix des Nations unies, l’Institut pour la paix des États-Unis, l’Institut d’études de sécurité de l’Université de Leipzig, plusieurs universités éthiopiennes et des organisations internationales telles que l’Union africaine et le Bureau de liaison des Nations unies auprès de l’Union africaine.

L’IPSS de l’UAA obtient un financement du GCRF-ARUA pour le projet « Migration, urbanisation et conflit en Afrique » (MUCA) 

Le projet MUCA vise à promouvoir un développement urbain pacifique dans les pays africains qui connaissent une croissance urbaine rapide et une importante migration urbaine. Il porte principalement sur des pays en situation de post-conflit dont le passé violent façonne le présent à des degrés divers et qui sont tous confrontés à un risque élevé de conflits intenses liés à la migration et à la croissance urbaine, à savoir l’Éthiopie, le Nigeria et l’Ouganda.

Le projet MUCA atteindra ses objectifs grâce à des activités de recherche ayant un impact sur la production et l’accès aux connaissances sur trois thèmes centraux : l’inégalité, la migration de la main-d’œuvre et les dynamiques identitaires dans trois villes par pays de référence – Addis-Abeba, Hawassa et Jigjiga (Éthiopie) ; Lagos, Lokoja et Jos (Nigeria) ; et Kampala, Jinja et Gulu (Ouganda). Le projet de recherche de trois ans sera mis en œuvre en collaboration avec des chercheurs partenaires des universités de Lagos, Makerere et Sheffield.

Ce projet est l’un des quatre projets de recherche soutenus par le GCRF en partenariat avec ARUA.

Renforcement des capacités du CE sur les sociétés sortant d’un conflit 

Le projet vise à renforcer les capacités de recherche de sept universités partenaires, à savoir les universités d’Addis-Abeba, d’Hargeisa (Somaliland/Somalie), d’Haramaya (Éthiopie), d’Africa (Zimbabwe), de l’Université protestante d’Afrique centrale (Cameroun), d’Obafemi Awolowo (Nigeria) et de Manchester (Royaume-Uni), selon un modèle en étoile.

Le volet recherche du projet vise essentiellement à comprendre la dynamique du blocage du processus de consolidation de la paix, en mettant l’accent sur les facteurs, les acteurs et les dynamiques internes et externes qui ont sapé la mise en œuvre des accords de paix, comme le suggère l’Agenda pour le maintien de la paix des Nations unies.

Dans cette partie, on cherche à comprendre pourquoi des institutions efficaces, responsables et inclusives n’ont pas été mises en place dans les sociétés touchées par un conflit ou sortant d’un conflit. Des études de cas seront envisagées dans les pays où se trouvent les universités du réseau. Les résultats de la recherche seront diffusés sous forme d’articles de journaux et de notes d’orientation.

Cette initiative fait partie des treize projets de renforcement des capacités soutenus par le GCRF en partenariat avec ARUA.

CONTACT

Dr. Mesfin Gebremichael

Directeur du Centre d’excellence

C : mesfin.g@ipss-addis.org

T : +251 (1) 11 245 660

  1. O. Box : 1176

Addis Ababa

Éthiopie